30/10/2005

A l'ombre de ton parfum

Parfois, en moi, se ravive le souvenir de notre étreinte.
Lorsque nous emballions la nuit sous un drap charnel
et que la synergie de nos enveloppes,
peignait autant de fresques sur les murs du désir.
Que nous courrions sur cette route sans nom,
avec pour seules lumières nos yeux intrépides
défiant l'arrogance de l'obscurité.
Nos corps étaient des poètes impatients,
qui rêvaient les mots de la passion et
les couchaient sur le papier brûlant de nos envies.
Combien de phrases se sont-elles consumées
dans les flammes assassines de ce recueil malin,
combien d'espoirs n'avons-nous pas fondus
dans le chaudron de nos instincts,
combien d'avenirs forgés sur l'enclume du destin?
Ô que ces jours me semblent loin,
à moi qui vit à l'ombre de ces festins.
Jamais plus je ne goûterai ton parfum,
ainsi j'attend sereinement,
que d'autres fleurs poussent dans mon jardin.

23:45 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

N'y aura-t-il pas, quand les fleurs auront poussé dans ton jardin et que tu en auras "choisi" une, une comparaison involontaire qui s'opérera avec la précédente? Comme si cette précédente était une "référence" à laquelle tu te rattacherais malgré toi? Ou sauras-tu commencer une autre histoire avec la nouvelle fleur comme si c'était la première?
Bonne journée à toi "Ruban de poésie"

Écrit par : Kardream | 31/10/2005

je suis sûre qu'avec un si doux jardinier, a profusion elles vont pousser et qu'une d'elle va pouvoir te combler, pour toi je veux l'espérer

Bisous doux gentil jardinier et à bientôt

Écrit par : eyes | 31/10/2005

... Ce parfum te hante mais qui c'est si un jour ... peut être demain, peut être un autre ... une senteur inconnue fera son apparition et déclenchera en toi une seconde renaissance ... un nouvel amour tel que tu voudras t'en ennivrer à chaque jour qui passe ... On ne sait jamais de quoi demain sera fait ... surtt en amour ... crois moi ... :-)
Merci pour ta visite et tes doux mots chez moi ...
Bisous doux et bon halloween ...

Écrit par : POussière d'ange ... | 31/10/2005

Tu vois les cybercafés sont nombreux dans la "ville rose"...
ici, dans les volutes de fumée de cigarettes
et parmi les nombreux étudiants, je suis enfin parvenue
à trouver un PC libre...
Il est vrai dans le jardin extraordinaire de la flore,
nombreuse sont les fleurs fascinantes...
mais une seule tu ceuilleras... et sans doute pas celle
à laquelle tu t'attendais... ainsi va la vie...
Je me permets de t'envoyer "a kiss" (je n'aime pas le mot bisou)
pour les douces paroles que tu m'as écrites...

Écrit par : crysalidea | 01/11/2005

Les commentaires sont fermés.