10/12/2005

L'aboutissement de l'abandon

Ô moment fugace ou infini,
où les mortels rencontrent les dieux,
les lèvres, comme avides rubis
dans l'indomptable carrière des yeux.
Moment où les messagers du coeur,
échangent leurs lettres
et dessinent sur le papier de la douceur
un ciel de fenêtres.
Moment où la main des enfers
caresse la toison des nuages
et où la raison se perd
dans un brûlant mirage.
Moment où les yeux se ferment
comme un livre dont on prolonge la fin,
anticipant le plaisir qui germe
dans les graines d'un immobile destin.
Moment où les âmes jouent
comme des enfants curieux,
où s'enflamment les joues
dans un brasier silencieux.
Moment où saigne la douleur
car elle n'a plus d'emprise,
annhilée par les vives couleurs
d'une incomparable frise.
Moment enfin, où tous sont égaux,
ni titre, ni richesses,
seul le sceau du désir sur la peau
qui se noie dans un océan de tendresse.

17:53 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

C'est en effet le titre le plus parfait pour ce texte. Le premier impact qu'a un texte est le plus riche et le plus décisif sur le sentiment qui en ressortira après plusieurs lectures et plus on le lit et plus le sentiment prend racine. "Les lèvres, comme avides rubis dans l'indomptable carrière des yeux", pierres précieuses taillées par le regard, les lèvres deviennent des bijoux dont l'éclat n'a d'égal que le désir qu'il suscite, c'est la phrase que je préfère dans ce texte, elle allie les deux modes de communication les plus importants pour moi: le mode visuel, celui par lequel passe les messages qui ne peuvent être dits avec des mots et le mode corporel, par lequel passe énormément de choses également.
Bonne soirée Urban Poet

Écrit par : Kardream | 10/12/2005

Je vois que tu as décidé d'un titre... le plus parfait pour ce texte,
comme le dit Kardream... oui, ton texte est vraiment
beau... Il est des moments où l'on aimerait rejoindre
les dieux... Bonne nuit à toi dans ton royaume de rêves...

Écrit par : crysalidea | 11/12/2005

Merci beaucoup... de ton passage et de ton commentaire chez moi! Heureuse de trouver sur le net, des personnes aux vibrations communes qui comprennent les mots, et tu sembles en faire partie! J'aime bien ton univers particulier, tes textes sont différents et très plaisants justement grâce à cela. Je reviendrai avec plaisir! A bientôt

Écrit par : Syolann | 11/12/2005

voici un moment que cette page m'était à nouveau refusée...
Ode au désir du coeur, du corps et au basculement vers l'infini qu'il procure.. un moment d'éternité dans la sensibilité humaine...
belle soirée à toi..

Écrit par : pierre de lune | 11/12/2005

Les commentaires sont fermés.