15/12/2005

Légende celtique

Il était un temps où les Hommes étaient des dieux parmi les dieux et possédaient à ce titre,

les mêmes pouvoirs. Cependant, les Hommes, au lieu d’utiliser cela à de bonnes fins,

l’utilisèrent pour étancher leur avidité personnelle et leur désir toujours croissant de

destruction. Ils semaient la panique aussi bien dans les cieux, que sur terre, que dans les royaumes des mers, alors les dieux décidèrent de se réunir pour chercher une solution.

Après de longues discussions, ils conclurent qu’il était impératif d’ôter se pouvoir

aux Hommes mais étant de puissance égale à la leur, ils ne pouvaient le détruire,

seulement le cacher. Ainsi, ils se réunirent à nouveau dans le palais des nuages

pour décider où ils cacheraient ce pouvoir afin que les Hommes ne le retrouvent jamais.

Ils commencèrent le conseil et le premier dieu s’avança, il n’était autre que Manannan,

dieu de la mer ; il proposa de cacher ce pouvoir au fond des profondeurs marines pour que jamais l’Homme ne sache l’atteindre. Les autres dieux réfléchirent à cette proposition mais se

dirent que un jour l’Homme trouverait le moyen, poussé par son insatiable arrogance et sa soif de pouvoir, de sonder les profondeurs aquatiques et qu’il reprendrait son pouvoir.

Arianrhod, déesse de la lune, s’avança à son tour et proposa de le cacher dans l’éclat de la lune, les dieux réfléchirent à cela mais en conclurent également que l’Homme attiré par

le vide trouverait le moyen de voler très haut dans le ciel et atteindrait la lune pour reprendre son pouvoir.

Ce fut alors à Dagda de s’avancer, il était l’un des dieux les plus importants puisqu’il

était le dieu de la Terre, il proposa à son tour de cacher ce don divin dans les profondeurs de

la terre mais le raisonnement fut le même et l’on décida que telle n’était pas la solution.

Ce fut alors Gaia, qui s’avança, mère du soleil et de la lune, ainsi que de toute chose.

Elle proposa de cacher ce pouvoir au plus profond du cœur des Hommes, car là, aveuglés

par ce désir incontrôlable de domination, ils ne penseraient pas à chercher, la plus sage

avait parlé, la décision serait celle de la Mère suprême.

Ainsi il fut fait, cependant même aujourd’hui, quand un Homme va chercher dans les profondeurs cachées de son cœur, on le dit capable de déplacer une montagne car à ce moment

là, il redevient pour un instant, l’égal des dieux.       

 


22:28 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Super blog A+

Écrit par : Charle | 15/12/2005

Ange et démon Ainsi donc, rien n'arrête jamais l'homme.. assoiffé de pouvoir, mais
aussi de curiosité de la découverte qui lui fait accomplir des actes
inattendus... les dieux se sont donc trompés... ils ressemblent aux
humains, puisqu'eux aussi commettent des fautes... Mais, si l'homme
a cette capacité de chercher dans son coeur, c'est donc qu'il lui arrive
de toucher la beauté, la bonté, la perfection peut-être... il ne pourrait
sinon soulever des montagnes...
Légendes celtiques dans lueur pâle, tout un univers à découvrir...
Bonne nuit à toi, insatiable poète, que la rencontre avec les créatures
de la nuit te soit douce...

Écrit par : crysalidea | 15/12/2005

Pour une fois Je connaissais la fin de l'histoire avant de la lire. J'aime beaucoup la façon dont tu la racontes. Je m'imagine très bien le conseil des dieux dans le palais des nuages. Le coeur des hommes, il est vrai, est le dernier endroit où ils chercheraient pour retrouver le pouvoir qui les égale aux dieux.
Bonne journée Urban Poet

Écrit par : Kardream | 16/12/2005

Bonjour le poête !!!! Mon ami Banur étant de retour,j'aurai d'autant plus de coeur à l'ouvrage.J'ai pas mal de choses en préparation.
Amitiés

Écrit par : DUKE | 16/12/2005

Ne pas douter de soi, croire en ses richesses profondes... et être alors un Dieu! Joli texte, à bientôt.

Écrit par : Syolann | 18/12/2005

je viens de passer plusieurs minutes dans l'intimité de tes mots, je me suis régalée et à la fois ressourcée, je n'ai qu'un désir, c'est d'y revenir très bientôt

Bisous doux

Écrit par : eyes | 18/12/2005

Les commentaires sont fermés.