16/01/2006

Suite...Il faut tenir!

L’armada était véritablement effroyable et les premiers vaisseaux à attaquer furent les bombardiers qui lancèrent des milliers de bombes soniques pour tenter de détruire le bouclier protecteur grâce aux ondes terrifiantes que celles-ci arrivaient à créer. Le bouclier ne sembla pas bouger suite à ces bombardements même si les vibrations firent trembler les habitants terrifiés par leur violence.

Les cuirassés et les vaisseaux conquérants tentèrent à leur tour de percer le bouclier avec leurs rayons et canons d’une férocité impressionnante, mais en vain. Ainsi commença une véritable situation de siège mais à l’échelle de la planète toute entière, elle fut encerclée, empêchant toute sortie. Les Shezars commençaient à s’exaspérer de se trouver devant une planète qu’il n’y avait pas moyen d’attaquer en raison du bouclier. Les humains quant à eux, se demandaient combien de temps allait durer ce siège et si ils pourraient tenir très longtemps. Les responsables officiels sur la planète se torturaient l’esprit pour entrevoir une façon de desserrer l’étau oppressant de l’implacable adversaire. Ils avaient bien des canons puissants mais le risque de la désactivation du bouclier était disproportionné par rapport à l’avantage qu’ils auraient pu retirer de leur puissance de feu.

Les planètes mineures qui se trouvaient à distance raisonnable de là dans la deuxième galaxie et qui étaient toujours sous influence humaine, entrèrent alors en action pour tenter de prendre l’ennemi à revers.

Toutefois les forces militaires qui étaient mobilisées sur ces planètes n’étaient pas énormes. Les humains y avaient quelques installations et combattants mais rien de majeur. Les Shezars qui ne pouvaient combattre sur tous les fronts, n’avaient pas eu de prétentions particulières sur ces territoires, ils bloquèrent seulement le nombre de réfugiés que la planète rouge put y envoyer grâce au blocus. Quoi qu’il en soit,la surprise due à la négligence des Shezars qui n’avaient pas attaqué ces positions à l’aller, permit à leurs vaisseaux d’entamer l’arrière garde de l’adversaire. Parmi les combattants, figuraient des représentants de certaines races issues de ces planètes vivant en paix avec les humains et qui voyaient en l’ennemi un danger de rupture de cet équilibre. Le fait que ces différentes races étaient du côte des humains sur les planètes concernées avait également freiné un éventuel élan de conquête. Ils n’occupaient quasiment jamais le poste de pilote mais étaient très utiles pour toutes les tâches de coordination sur les vaisseaux. Cette attaque par l’arrière, permit de créer une diversion qui donna la possibilité d’envoyer quatre vaisseaux de type R-36 qui étaient les plus rapides et les plus discrets sur Ezekiel, afin de prévenir l’archi moine et surtout lui apporter certains documents et archives qu’il était nécessaire de mettre en sécurité. Les R-36 étaient de petits vaisseaux maniables, agiles et disposant d’un camouflage assez efficace même si toutefois il était loin d’être absolu. Les humains montraient plus d’unité que jamais et leurs alliés également, ce qui fit perdre plus d’effectifs que ce que les Shezars ne voulaient admettre, malheureusement, leur flotte était immense et après avoir tenu cinq jours complets, ceux qui étaient venus apporter leur soutien durent se replier avec ce qui restait de leurs forces sur leurs planètes respectives pour tenter de se remettre. L’ennemi sous les ordres de Zebulon divisa alors ses forces. C’était un fin stratège et il estima que la partie qui restait suffirait à tenir le siège, pendant que l’autre reprendrait le contrôle des planètes rebelles pour s’offrir un point idéal de ravitaillement ; même si les vaisseaux conquérants et l’Azraël pouvaient remplir cette tâche pendant un certain temps. La chasse poursuite fut dévastatrice pour les forces humaines en repli car les Shezars agirent avec une rapidité et une efficacité froide sous le commandement de Zaccharias, surnommé l’aigle des étoiles, fidèle exécutant de Zebulon et nouveau commodore de la flotte de Colombus. Zaccharias avait de longs cheveux blonds qui formaient deux longues mèches par devant et qui étaient tressés à l’arrière, un regard adamantin, qui n’était plus dispensé que par un seul œil et une horrible cicatrice qui remontait, à son côté gauche, du bas du menton jusque passé l’arcade. Cet œil perdu et cette cicatrice étaient l’œuvre de Grimdall lui-même, quand à 21 ans, Zaccharias faisait partie des troupes d’élites du gouverneur de Colonia1 et qu’une partie de son visage fut arrachée suite à l’explosion de son casque après que le héros supposé mort se soit relevé pour la deuxième fois. Depuis, il avait su se distinguer en diverses occasions et notamment en commandant la partie navale de la reprise de Val Katarn en 47. Son dévouement envers Zebulon est infaillible et son sens de la justice, shezarienne du moins, est respecté à travers toute la galaxie. Les humains ont cependant reconnu qu’il était très correct envers ses ennemis s’étant fortement instruit de l’Histoire guerrière des Hommes. Au moment où les Shezars interdirent l’Histoire, ils conservèrent cependant les anciens récits afin d’étudier les erreurs de leur passé pour ne pas les commettre à nouveau, ceux-ci étaient évidemment conservés dans un lieu où les Hommes ne pouvaient et ne savaient pénétrer. On dit parfois qu’un héros est un personnage adulé par les siens et craint par ses ennemis, selon cette définition, il est permis d’affirmer que Zaccharias en était bel et bien un. Sous sa houlette donc, étant bien organisés, bien équipés et prenant l’initiative, ils reprirent sans trop de difficultés le contrôle des planètes rebelles ou du moins d’une partie, ce qui leur permit d’utiliser les installations à leurs desseins. Les races qui peuplaient ces planètes, n’étaient pas contre le fait de se battre mais n’ayant pas de matériel propre de combat et une fois les humains dominés, ils ne purent faire grand-chose contre la machine hostile. Ayant maintenant un point de repli en plus du reste, les Shezars s’attelèrent à construire une seconde base spatiale qui pourrait se joindre à l’Azraël pour soutenir la logistique du siège et ils cherchèrent activement aussi un moyen de percer enfin ce bouclier qui leur empêchait l’assaut final. Les humains quant à eux, coupés de tout le reste se questionnaient sur la meilleure tactique à adopter et sur le moment le plus judicieux pour utiliser leurs armes les plus destructrices car si cela n’était pas fait stratégiquement, une défaite totale pouvait en résulter. Ils avaient armé les deux lunes autour et disposaient par ailleurs de vaisseaux qui n’étaient jamais sortis dans l’espace et dont les Shezars ignoraient l’existence. Ces derniers, continuaient de bombarder et de pilonner par des tirs concentrés le bouclier exceptionnel mais rien n’y fit. Le siège durait déjà depuis de nombreux mois, les humains tentant parfois des attaques éclairs et nocturnes pour tenter d’affaiblir l’ennemi mais beaucoup de vaisseaux demeuraient encore opérationnels.

 

A suivre...

14:07 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Le siège Je m'y attendais un peu. Les Humains bloqués sur leur planète et se demandant comment terrasser leurs ennemis sans perdre la protection de leur bouclier, tandis que les Shezars tentent de percer cette fameuse protection.
L'apparition d'un nouveau personnage en la personne de Zaccharias met encore du piment dans l'histoire. J'aime son surnom, l'aigle des étoiles et sa description. L'affrontement avec Grimdall qui l'a laissé défiguré renforce son côté guerrier et laisse sous-entendre qu'il aura un rôle déterminant dans la suite des évènements.
J'aime la tournure que prennent les choses.
Vivement la suite!
Bonne aprem Urban Poet

Écrit par : Kardream | 16/01/2006

/CHILDREN FROM FREECLOUD/ Heya Banur,

Tes commentaires et ton prolifisme m'impressionnent, sincèrement.
Je te renvoie la pareille. Ne suis pas fanatique d'Héroïc Fantaisy, mais certains de tes textes ont une puissance poétique qui n'attend que de gicler à la figure du monde, comme un éclat d'éméri qui nous fendrait la peau.
[Tu pourrais, je crois, très bien t'endendre avec mon colloc Harold, chasseur de lunes, comme toi (il entretient une correspondance avec Mathieu Gabori, tu connais ?).]

Une autre qualité : l'observation. On pourrait presque parler d'empathie mentale, tant tes analyses touchent à l'essentiel.

Mais l’écriture est performative, je m’offre David Bowie et Iggy Pop en attendant l'instant décisif. En ce sens, je me refuse à tout nombrilisme. Stérile et inhodore. La substance coule chez autrui.

Les yeux fermés, je recrée mon royaume dans les bars enfumés, les trains, la ville, les bras des filles, les théâtres, rideau tiré sur la nuit…

Parfois, je deviens le néon flashant les mondes parallèles, lumière, son, parfum, saveur, toucher. La connaissance première est physique, une voix résonne dans ma chair, elle dit : « Ouvre toi… »

Trou noir, j’ai absorbé les secrets des temps immémoriaux, les atomes qui me composent sont les mêmes qui jaillirent de l’Explosion première. Je suis là et ailleurs, mille et un, une, démultiplié dans l’espace-temps je suis l’œuvre d'une graine. Et non pas de Maldav, qui, soit dit en passant, était complètement dingue...

Pas de carburateurs chimiques, non plus. Minuit, l’heure où tout bascule, c’est là que se situe la frontière. La nuit, seule, suffit.

"Wisdom comes with death release..."

Écrit par : raf/chien_de_lune | 16/01/2006

Ouille J'ai un certain retard, je vois ... Bon, ben je plonge dans ta grande fresque cosmique. Si je n'ai pas réapparu dans 3 jours, viens me rechercher .....

Écrit par : Abigael | 16/01/2006

un peu plus près La description des batailles est impressionante, il manque juste le son, qui pourtant semble me parvenir tant tes mots touchent aux détails...
Pour la première fois, un Shezar sort de l'ombre de son armure... j'avais jusqu'à présent presque imaginé des êtres "sans visages", des corps sans chair, que seules les armures rendaient visibles et palpables... mais ce regard adamantin, plein de lumière et de secrets, qui renvoie au surnom "aigle des étoiles" par l'idée de l'éclat et de la dureté de la pierre,
me fait prendre conscience de leur existence bien charnelle...
Que nous réserve les coulisses de ta plume?
Bonne nuit à toi, Poète de la Nuit...

Écrit par : crysalidea | 17/01/2006

Bravo pour votre super produit, assez complet et précis, longue existence à votre blogging.

Écrit par : bonus paris sportif en ligne | 12/05/2014

Quel sujet exceptionnelle, j'ai déniché ce que on cherchais, tout en vous remerciant bon weekend.

Écrit par : cote et pronostic france honduras | 12/06/2014

Les commentaires sont fermés.