22/01/2006

Suite... l'âge du Schisme

Après presque deux ans de siège et de combats, la bataille titanesque de la planète rouge était achevée. Les pertes avaient été telles des deux côtés que l’on ne pouvait aucunement parler de victoire. Les Shezars avaient perdu l’Ourobouros et avec lui leur vénéré chef de guerre, un grand nombre de vaisseaux, leur base l’Azraël avait été endommagée, le seigneur Xeratos, qui était probablement le plus grand général des troupes au sol qu’ils possédaient, avait péri, ainsi que d’autres gradés avec lui. Ils perdirent un grand nombre de soldats et n’arrivèrent pas à prendre la planète rouge qui était leur objectif. Les humains quant à eux, comptaient une multitude effrayante de fantassins morts dont des haut gradés tels que le général Vuorinen, de vaisseaux de combats également et surtout avaient perdu ce qui constituait leur dernier bastion. Leur situation était probablement pire encore car les Shezars demeuraient maîtres de Colonia1, Colombus, Vulcano, Dzartan, Val Katarn, Firzar tout comme quelques autres petites planètes secondaires alors qu’eux n’avaient plus rien, contraints à l’exode avec une flotte immense mais très majoritairement composée de vaisseaux de transports civils.

Ces vaisseaux étaient escortés par les trois caravelles dont le vaisseau amiral, le Prometheus.

Il s’agissait d’un bâtiment excessivement haut et long, de forme quasi rectangulaire qui possédait en outre, un gigantesque mât central. Il pouvait contenir environ 300000 passagers, un nombre impressionnant de ressources et comprenait en son sein tout ce qu’une ville flottante peut nécessiter : un grand hôpital, des magasins, certaines structures de loisirs, des parties administratives, un laboratoire, un centre de contrôle et même un endroit réservé aux cultes, tout cela en plus des structures militaires bien entendu. Ce méga vaisseau était équipé de certains dispositifs offensifs mais était surtout orienté vers la défense grâce au bouclier performant qui était fourni par son mât justement. Ce bouclier n’était en rien à comparer avec celui qui protégeait la planète, il ne disposait pas du tout du même système mais se nourrissait en partie de l’énergie cosmique, existant dans tout l’univers, qui était aspirée de l’extérieur grâce au mât central et ensuite décomposée pour être reformée grâce à un programme complexe et unique en son genre. Ce vaisseau constituait d’une certaine façon, la nouvelle capitale de cette union itinérante, point que tous les civils pouvaient rallier pour bénéficier, chacun à leur tour, des différentes structures. Les membres du consortium suprême s’étaient divisés, pour limiter les risques, dans les trois caravelles qui disposaient chacune d’un mât et donc d’un bouclier servant à encadrer tous les vaisseaux civils dans une position triangulaire, afin de créer une sorte de champ de force dont le centre se trouvait au milieu de la figure ainsi formée. Le Prometheus occupait dans cette formation, la place de devant alors que les deux autres, le Spartacus et l’ Exodus, fermaient la marche à l’arrière gauche et droite. Toute cette expédition, avait dû se frayer un chemin à travers le mur de la flotte ennemie, certes un peu perturbée et désorganisée par la tournure des événements, pour quitter l’atmosphère de la planète mais la gigantesque formation s’en allait donc maintenant à travers l’espace, commençant un long exil dans l’espoir de retrouver un autre lieu où s’établir, puisque l’ensemble de la deuxième galaxie était sous le contrôle de l’ennemi.

Les Shezars, à la fois affaiblis et incapables de les retenir avec leurs effectifs présents décidèrent de  se replier sur Colonia1 et Colombus pour analyser la situation et pourvoir à la succession de leur chef suprême.

Zebulon était respecté de tous et avait fait l’unanimité, aucune contestation ne s’étant élevée quant à ce choix, toutefois parmi les candidats possibles à sa succession, il n’en était absolument pas de même. Cette race est très unie et animée par un sentiment d’appartenance commune mais elle prône également la suprématie de l’élite ainsi que la capacité à faire primer les valeurs personnelles. Ainsi l’on pressentait comme prétendants, le gouverneur de Colonia1, Ymil Hartan, qui avait encore pris de l’importance pendant les deux années de siège en gérant la situation sur son astre, Zaccharias, l’aigle des étoiles et commodore de la flotte de Colombus et enfin Jisarius, ex gouverneur de Colombus mais surtout grand exterminateur, chef incontesté des chasseurs de félons. Ce dernier avait échappé à la mort suite à un concours de circonstances. Pendant la bataille, il avait voulu requérir le conseil de son maître et avait quitté la planète un peu avant la destruction du fameux vaisseau conquérant de celui-ci, assistant en vol à l’explosion et par la même sauvant sa vie. Les Shezars, race naturellement guerrière, même si ils respectaient l’autorité d’Ymil Hartan, le voyait comme un administrateur alors que les deux autres étaient des combattants, il fut donc assez vite écarté. Ensuite, restait un choix extrêmement difficile entre deux figures emblématiques, pourtant totalement différentes qui voyaient le futur d’une toute autre manière et qui de plus ne s’étaient jamais appréciées, unies surtout par le respect commun qu’elles vouaient à leur maître. Après de longues et indécises délibérations qui s’étirèrent pendant plusieurs mois en raison de la gravité de la décision, ils en vinrent finalement à choisir Zaccharias comme chef suprême, craignant de manière non avouée, en définitive, le radicalisme de Jisarius. Les premiers désaccords majeurs se firent alors sentir, le meneur des chasseurs, soutenu par un grand nombre de suiveurs, refusant catégoriquement de reconnaître l’aigle des étoiles. Jisarius alla jusqu’à menacer son rival d’une guerre pour décider celui qui deviendrait par la force le chef ultime ; ses chasseurs qui n’avaient pas participé au siège, ayant encore augmenté leur autorité dans toute la galaxie. Seulement, Zaccharias qui n’avait aucune envie d’un tel conflit essaya de transiger. Il proposa que chacun garde une moitié de la galaxie sous son contrôle à pouvoirs égaux et qu’il  pourrait de la sorte disposer de suffisantes ressources.

Le grand exterminateur voyait néanmoins plus loin et refusa la proposition mais en fit une autre : il exigea que lui soit confié une partie significative des effectifs aériens ainsi que la toute nouvelle base spatiale, « l’impératrice de l’aube », qui était sur le point d’être achevée, plus un certain nombre de prisonniers humains en provenance de Dzartan et que sous cette condition, il partirait au loin, peut être même à la poursuite de la flotte ennemie. Zaccharias n’arrivait pas à saisir les sombres desseins de son homologue et surtout n’avait pas envie de céder les effectifs demandés mais cela semblait malheureusement être la seule solution pour éviter un conflit qui aurait divisé les Shezars dans leur ensemble et par conséquent, se résolut à accepter. Jisarius fut suivi par tous ses chasseurs, caste d’élite, mais aussi par un grand nombre de partisans qui voyaient en lui le véritable futur de la race shezarienne. A partir de cette date, en l’an 60, on se souviendra de la période qui suivit comme de l’âge du Schisme. Dans la deuxième galaxie, une fois le maître des chasseurs parti, l’aigle des étoiles, pouvait enfin agir en tant que chef suprême.

C’était un fier et fidèle représentant de sa race mais s’étant fortement instruit et en quelque sorte passionné pour l’Histoire des Hommes, voulait œuvrer dans le sens d’un certain rapprochement, tout en conservant la suprématie des siens, bien évidemment. Dans cette optique, il fit nommer des tribuns, représentants du peuple humain et pouvant à ce titre faire valoir les éventuels griefs ou observations de celui-ci. Ces tribuns, étaient sous le contrôle des aviseurs, qui se trouvaient eux-mêmes sous le contrôle du gouverneur sur chaque astre. Les chasseurs de félons qui s’étaient inscrits très fortement comme les yeux et les oreilles du chef de guerre en son absence, avaient maintenant tous quitté la deuxième galaxie avec leur chef, de la sorte, les humains purent retrouver une existence relativement plus sereine, qui grâce aux nouvelles réformes semblait évoluer dans un sens favorable. Le nouveau maître shezarien était persuadé qu’une domination efficace et prolongée, ne pouvait se faire qu’avec l’aide des populations et races contrôlées et qu’un état d’oppression permanent n’était pas rentable.

Dans cet esprit toujours, plusieurs scientifiques humains, décidèrent de travailler avec les Shezars pour favoriser les développements technologiques qui devaient être relancés après la guerre. Il fut même accepté que certains humains occupent des places subalternes dans les milices de l’ordre, postes qui jusque là leur étaient inaccessibles, toutefois par certains autres des leurs, ils étaient considérés comme des traîtres, même si cette vision des choses avait tendance à disparaître. Le climat se détendait peu à peu et les bus galactiques reprirent leur service de plus belle, en desservant à nouveau en masse Vulcano qui se rouvrait au tourisme après avoir servi à l’effort de guerre, tout en étant encore lourdement sous contrôle shezarien bien sûr, puisque la compagnie des bus leur appartenait ainsi que toutes les structures touristiques. Les différentes races  contrôlées provenant notamment des petites planètes qui s’étaient jointes aux humains et qui vivaient maintenant sous la puissance du nouveau maître, commençaient à se rendre sur Colonia1, s’inscrivant de manière croissante comme le centre principal de la deuxième galaxie. Sous toutes ces influences, sa ville principale, Eliosis, se développa d’une manière démesurée, devenant le symbole du cosmopolitisme naissant.

 

A suivre...

19:32 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Le successeur de Zebulon J'avais donc à moitié raison en disant que Zaccharias deviendrait le successeur de Zebulon, poste qu'il "partage" avec Jisarius. Leurs visions opposées affaiblissent les Shezars, ce que je trouve plutôt surprenant car ils ont montré jusqu'ici une telle union face aux humains que le fait qu'ils se divisent m'étonne. "L'impératrice de l'aube", c'est un super nom pour un vaisseau, l'aube parce que les Shezars en sont à l'aube de leur civilisation ou pour une autre raison? Et si oui, laquelle?
Les caravelles qui se déplacent en triangle pour créer un champ de protection autour de tous les vaisseaux, le mât et le champ de protection, cela me fait trop penser à "Jayce et les conquérants de la lumière".
Ne doutant pas que le périple des Humains leur réserve bien des péripéties, j'attends la suite avec une impatience non dissimulée.
Bonne soirée Urban Poet

Écrit par : Kardream | 22/01/2006

une nouvelle ère... Il n'y aura donc pas de réplique implacable des Shezars trop affaiblis... Les humains contraints à l'exode dans une armada de vaisseaux sont devenus nomades de l'espace... quelle sera leur terre promise ?
Ainsi, les Shezars affichent pour la première fois des signes de faiblesse; les ambitions personnelles viennent ébranler l'unité, pierre de fondation de leur suprématie sur les autres peuples.. L'âge du schisme, comme la naissance de deux dynasties, deux empires ? Laigle des étoiles, instruit et passionné par l'Histoire des Hommes, enclin à un rapprochement avec eux, sera t'il à la base d'une mixité dont le symbole serait Eliosis ?
Hum... j'attends la suite avec une curiosité grandissante...
A toi, Poète des Galaxies, une douce nuit...

Écrit par : crysalidea | 22/01/2006

Comm... Pour des raisons personnelles, j'ai préféré te répondre sur mon blog.
Passe quand tu veux.

Écrit par : Abigael | 23/01/2006

Les commentaires sont fermés.