29/01/2006

Suite...Un retour forcé

 Après qu’ils aient réussi à vaincre les plus gros obstacles, le véritable développement pouvait commencer, alors que la planète ne portait toujours pas de nom. Le chef des chasseurs décida donc de remédier à cela et la nomma Castalia car il estimait que cette planète deviendrait le véritable point de focalisation de sa race. Son objectif était de créer un lieu qui appartienne pleinement aux Shezars et qui puisse rendre valablement compte de leur puissance sur les Galaxies. Il voulait en faire un lieu qui soit connu et respecté de tous au-delà des frontières connues, Tel était depuis le début de son périple, le véritable objectif de Jisarius, celui pour lequel il avait quitté la deuxième galaxie sans que Zaccharias ne devine ses plans et il estimait après mûre réflexion que cette nouvelle planète pourrait parfaitement être ce lieu. Même si les conditions d’installation furent difficiles au départ, il jugea que l’endroit avait maintenant tout le potentiel pour se développer en accord avec ses projets. Les palusites n’étaient pas complètement exterminés, au contraire mais ils étaient dépendants pour leur survie, de l’eau viciée des marais, or Jisarius avait fait aspirer cette eau et avait ordonné de la conserver dans un laboratoire spécifique créé à cet effet. Le premier objectif était d’étudier ce qu’elle contenait, le deuxième était de marchander d’une certaine façon, la restitution partielle de cette eau aux palusites pour lui permettre de les contrôler et de pouvoir ainsi éventuellement s’en servir. Un certain nombre de Shezars qui avaient été frappés par le syndrome des marais, demandèrent à être volontaires pour faire eux aussi partie du Projectus Abyssus. Petit à petit, plusieurs d’entre eux rejoignirent donc Tarsus parmi ceux qui possédaient un corps de métal, acquérant ainsi une force et une résistance décuplées. Cependant seuls les sujets dont la détermination était la plus tenace survivaient à l’opération, de telle sorte que plusieurs périrent sur les tables médicales.

Les campements fortuits qui avaient été installés lors de la bataille contre les cauchemars des marais s’agrandirent pour devenir les premiers véritables points de mobilisation sur la planète. A partir de ceux-ci, ils tentaient de progresser pour repousser la nature et construire leurs installations, orientées dans un but militaire tout d’abord, ce qui n’était point étonnant de la part du grand exterminateur. Ce dernier se choisit également un drapeau de couleur noire, sur lequel rugissait fièrement la tête d’un lion blanc et qui possédait en outre un bord en tissu épais de couleur mauve qui en assurait le contour. Sur le drapeau, on pouvait clairement lire les inscriptions suivantes : Quia nominor leo, ce qui signifie, parce que je m’appelle lion. Cette inscription faisait allusion au surnom que ses chasseurs lui avaient donné suite à ses multiples victoires et son véritable charisme de chef, à savoir, le lion du firmament. Les travaux se poursuivirent encore pendant plusieurs mois sur la planète mais Jisarius fut forcé de constater que la plupart de ses effectifs étaient des guerriers et qu’il lui manquait des membres spécialisés dans des corps de métiers indispensables au développement durable. En plus de cela, les ressources de la planète n’étaient guère diversifiées : une partie de végétation qui pouvait combler certains besoins et puis une interminable partie de marais désormais asséchés et partiellement brûlés qui fournissait une terre praticable mais qui n’avait quasiment plus rien dessus. Le grand exterminateur fut alors forcé de constater qu’il ne pouvait être totalement autonome pour réaliser ses plans à l’échelle qu’il désirait et décida après une longue réflexion, d’une part d’ordonner une exploration de la nouvelle galaxie et d’autre part, de retourner dans la deuxième, pour demander à Zaccharias de lui fournir une aide en ressources et en main d’œuvre. Il prit encore à peu près deux ans pour superviser le développement des travaux sur place et pour mettre son plan sur pied. Nous sommes alors en l’an 70 quand Jisarius décide de prendre finalement part au périple qui le ramènera vers ses anciens horizons. Leur technique s’étant fortement améliorée depuis le départ de Colonia1 dix ans plus tôt, en partie grâce aux nombreux progrès majeurs développés pendant les années de traversée, le trajet qui avait mis sept ans à l’aller n’en mettrait plus qu’à peu près deux cette fois-ci, selon les calculs de ses scientifiques.

Jisarius donna ses instructions et confia le commandement de Castalia pendant son absence à Sanelius. Il s’agissait d’un de ses plus anciens et plus fidèle chasseurs, il avait une grande science du combat ainsi qu’à son niveau du commandement, il était aussi expérimenté et rusé. Ce combattant rude et solide à la voix très grave, possédait une large moustache de couleur brune, largement parsemée de zones grises, des cheveux rasés sur les côtés qui ne comportaient plus qu’une fine bande en longueur au dessus du crâne selon le même schéma de couleur, une mâchoire carrée et une brûlure sur la partie inférieure droite de son visage qui témoignait de son tempérament belliqueux. Son regard était celui d’une être qui avait déjà souvent croisé la mort, ses mains musclées trahissaient l’impressionnante poigne avec laquelle il avait dû saisir maintes fois son épée, quant à ses bras, ils semblaient à eux seuls pouvoir fracasser une armure. Le lion du firmament décida par contre de prendre avec lui son bras droit, presque son ombre, l’insondable Sirius. Il partit avec une flotte imposante encore une fois ainsi qu’avec l’impératrice de l’aube, argument non négligeable de sa puissance…

Les humains pendant ce temps, tentaient d’avancer sur Galacticon mais les conditions extrêmes ralentissaient fortement leur progression. En l’an 70, date de l’expédition de retour de Jisarius, ils étaient déjà installés sur la planète depuis quasiment cinq ans mais beaucoup de civils vivaient encore dans les vaisseaux ou aux abords de ceux-ci, tant les conditions demeuraient pénibles. Ils installèrent également quelques systèmes de défense basiques pour assurer une protection minimale mais leur premier souci ne résidait pas là. Certaines parties de la planète étaient composées de gaz utiles pour l’étude et les découvertes éventuelles mais rendaient l’endroit très difficilement habitable. Le consortium suprême se demandait également comment entrer en contact avec le clergé astral, toujours situé dans le temple sur Ezekiel, planète cachée de la deuxième galaxie. En tentant de rallier avec certains vaisseaux la planète secrète, ils risquaient de la dévoiler aux yeux de l’ennemi, or ce mystère était extrêmement précieux. Toutefois, le grand prophète, en tant que membre du Haut Conseil, avait pris part à ce périple et était donc présent. Galacticon semblait toujours être cachée par un immense rideau de brume car sur cette planète, l’eau se présentait sous forme de vapeur créant l’illusion de cet effet. Des combinaisons et des masques avaient été mis au point pour sortir en cas de besoin sur certaines zones plus délicates de la planète mais pour le reste, la plupart des centres importants étaient reliés entre eux par des couloirs intérieurs et des tunnels. Tous les efforts étaient donc déployés mais la solution de cet endroit ne semblait pouvoir être que temporaire car les possibilités d’expansion et de développement se trouvaient limitées…

Pendant la traversée, Jisarius fit faire des tests à différents niveaux sur ceux qui avaient acquis un corps de métal. Dans la salle d’entraînement de l’impératrice de l’aube, ils s’exercèrent durement pour augmenter les capacités que leurs nouveaux corps pouvaient leur conférer. Dans les laboratoires, les chercheurs tentaient de mettre ce temps spatial à profit pour inventer de nouvelles améliorations, profitant aussi de l’étude de différentes astéroïdes, particules et corps qu’ils étaient amenés à croiser.

Ce fut un véritable spectacle quand le grand exterminateur arriva dans la portion connue et contrôlée de la deuxième galaxie. Une flotte imposante couronnée par l’impératrice de l’aube, tous les vaisseaux  arborant audacieusement le récent drapeau du lion, comme un conquérant qui tout naturellement débarque sans s’annoncer. La nouvelle fut immédiatement reportée par les satellites reliés au centre de contrôle principal à Colonia1, endroit où cet impressionnant déploiement se dirigeait. Tous les satellites diffusaient sur les différentes planètes de la deuxième galaxie, maintenant fort unies sous l’impulsion de l’aigle des étoiles, cette gigantesque formation hissant un pavillon inconnu. Zaccharias ne connaissait et ne saisissait pas les buts de Jisarius mais dans le doute et par solidarité shezarienne, le laissa approcher, allant même jusqu’à envoyer des vaisseaux officiels pour l’escorter.    

 

A suivre...

03:31 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

.... Jisarius doit l'avoir mauvaise de devoir retourner sur Colonia1 demander de l'aide à Zaccharias, lui qui apparaît comme quelqu'un de fier et d'orgueilleux, cela doit lui mettre un coup au moral.
Les Humains veulent entrer en contact avec le clergé astral, mais ne veulent pas que les Shezars le sachent. Où se trouvent Galacticon et Castalia par rapport à Colonia1 et Colombus? Sont-elles dans la même galaxie?
Bonne journée Urban Poet

Écrit par : Kardream | 29/01/2006

une nouvelle race ? Je me demande si le Project Abyssus de Jisarius ne va pas résulter en une nouvelle race de Shezars, plus forts et resistants... Si la situation n'est pas vraiment idéale sur Castalia, il en va de même pour les humains... Je remarque ta référence à Ezekiel... les hommes sentent que leur position est vunérable.. il y avait longtemps que le clergé astral n'avait été mentionné... En ce qui concerne Zaccharias, je suis certaine qu'il ne peut se laisser manipuler sans pressentir quelques dangers... il est trop affuté aux stratègies guerrières et connait son ancien opposant et ses ambitions démesurées, je crois...
J'attends la suite avec impatience... Je n'arrive pour l'instant pas à imaginer comment tout ceci va évoluer...
Bonne soirée à toi, Poète des Galaxies, à bientôt...

Écrit par : crysalidea | 29/01/2006

Ben ça alors... que de rebondissements... jusqu'où tout cela va-t-il nous mener? A bientôt

Écrit par : Syolann | 29/01/2006

Les commentaires sont fermés.