16/02/2006

Pour prendre ce train

Après une journée chargée et tout à fait détestable hier, remplie par des obligations, moi qui aime particulièrement m'y soustraire, aujourd’hui s'annonçait tout à fait différent. J'avais rendez-vous avec mon pote, l'éternel, en ville; on se retrouve gare centrale, comme d'habitude dans ce cas de figure là, on observe brièvement le théâtre de vie sociale que constitue ce lieu... tiens en voilà un original... on se regarde simultanément, pas besoin de mots, un simple sourire au coin des lèvres, on sait ce que l'autre pense... et oui encore un lichénite(pour toi vieux au cas où tu passerais lire ceci je sais que tu te poileras)... Après cela on partage quelques réflexions, on se dirige vers les galeries, on s'arrête devant Godiva en se disant qu'il faut probablement être japonais pour acheter là... et en effet, notre sentiment se confirme en visuel... on continue et on s'attarde à regarder le style qui se dégage du bar le vaudeville(enfin surtout à l'étage)... ouais ça nous plaît pas mal mais bon on poursuit notre chemin... on prend ensuite les petites rues pleines de restos où seuls les touristes semblent aller manger, la présentation donne envie mais bon quand on sait que la plupart on été jugés en dessous des normes requises ça calme un peu ... on prend dans la petite rue où se trouve le delirium tremens et jeanneke pis aussi d'ailleurs, la ruelle est déserte, l'on sent encore l'odeur de la pluie fraîche sur le sol qui est unique à Bruxelles, pas un bruit et pourtant l'ambiance signée qui ne se trouve que là... une vieille télé se trouve encastrée dans un mur au fond, on se dit que c'est surréaliste et que ça donnerait bien pour un clip, en énonçant ça on repense à nos instruments, lui à sa gratte et moi ma batterie et on se dit qu'il faudrait vraiment se faire un truc qui laisse parler nos coeurs par les notes... l'heure de l'estomac approche, on irait bien se faire une mitraille chez Rudy... mais il y a trop de monde alors on se dirige vers le Celtica, ils viennent à peine d'ouvrir... on commande deux blanches, à la bouteille ça le fait plus, ensuite on se dirige vers l'étage, c'est notre spot, il est à nous, on va toujours là... on jette un coup d'oeil aux gothiques en bas, toute une bande de joyeux lurons, il nous semble d'ailleurs qu'ils sont là souvent ces derniers temps... l'empire du noir, l'extravagance, les piercings de partout, le maquillage à la Eric Draven, sans oublier le faux rock bien sûr, celui qui est venu pollué notre style, celui que l'on pond comme une douleur que l'on s'est auto-infligée... enfin bref on les connaît et ils ne nous intéressent guère... on se retrouve à discuter là au dessus... combien de plans n'ont-ils pas été échafaudés, combien de rêves échangés, de passions communiquées, de plaisirs partagés, de réflexions engendrées, d’histoires inventées, de tristesses noyées, d'occasions célébrées, de pactes formés, au rythme du doux flux de toutes ces bières vidées, depuis tant d'années... en ce lieu, qui semble inhaler en ses murs une partie de la fumée de nos souvenirs et qui paraît parfois exhaler un fragment de la pierre des secrets que nous lui avons offert... Peut être un jour serais-je loin de tout ceci, peut être ne pourrais-je plus aller me dégraisser le gosier dans ce lieu chargé par nos vies... mais s'il existe un "hall of fame" de mes souvenirs, il y aura sans aucun doute sa place...

je terminerai par cette phrase géniale que j'ai vue il y a peu dans un épisode du manga Galaxy Railways: " Deux pensées qui se croisaient et se heurtaient, se sont rencontrées dans une grande gare appelée amitié"... excusez moi, le train de l'éternité m'appelle, deux places y sont réservées.

 

01:43 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Le train pour l'éternité Deux autres places sont réservées aussi, juste à côtés des vôtres. Par contre, je ne sais pas si j'aurais un "hall of fame" de mes souvenirs, je suis si peu attachée aux lieux que c'en est presque affligeant. Le train m'attend.
A bientôt Urban Poet

Écrit par : Kardream | 16/02/2006

Bonjour Banur Tu as,de toute évidence,été conçu pour l'amitié,ça devient rare de nos jours,c'en est
d'autant plus agréable.
Phil Abraham est non seulement un super trombone ,mais qui plus est un gars super
sympa.
Tu m'en diras des nouvelles.
Amicalement

Écrit par : DUKE | 16/02/2006

D'une gare à une autre De Gare Centrale et son monde en abrégé à Gare de l'Amitié et son monde où deux ne font plus qu'un...

J'ai suivi tes pas à travers l'Îlot Sacré, du Godiva rutilant, au seuil du Celtica... J'ai souri à la télé encastrée qui fait naître les images de clip et envies de musique et de notes du coeur... senti l'odeur caractéristique des pavés mouillés... et celle de chez Rudy... Mais c'est bien l'amitié qui exhale son essence incomparable et domine toutes les autres, celles des Guiness et du tabac... et sa musique authentique qui balaie les notes de faux rock...
Les lieux sont là aussi pour matérialiser les moments uniques, les rencontres, les échanges, les passions, les illusions et tout ce que tu décris si bien... c'est surtout à ce titre qu'ils sont gravés dans le souvenir...
Les deux dernières lignes font appel à des images si fortes et parlantes, que je n'ajouterai rien, seulement pour te dire que j'ai trouvé ce texte beau...

Écrit par : crysalidea | 16/02/2006

lieux... de vie où tout se construit... ces endroits-là, bâtis du ciment de cette amitié-là, tu les portes en toi comme autant de perles rares.. qu'il n'est pas donné à tout le monde de croiser en cette vie..
Petits cristaux de rosée où je peux plonger pour y trouver la quiétude de l'âme... c'est comme ça que je ressens le sentiment qui me lie à elle
Tout comme toi et ton éternel, un regard suffit pour que nous nous comprenions...
C'est une richesse que la vie a déposée sur ma route... et jamais je ne l'en remercierai assez...
A tout bientôt...

Écrit par : pierre de lune | 18/02/2006

Les commentaires sont fermés.