08/03/2006

Suite...Eclat de lune

Le roi Chromus ne se déplaçait pas beaucoup dans le royaume, contrairement à Sirius, il préférait rester à Shezaria pour surveiller de près l’école militaire, les avancées en tout genre et bien entendu les combats dans l’arène qui étaient devenus sa grande satisfaction. Il  se rendait cependant relativement souvent sur Galacticon car ses premiers repères se trouvaient là. La planète, en raison de sa position avait été lourdement armée, le contrôle organisé sur l’underground étant toujours très sévère et l’observatoire installé sur son astre satellite, bien utile pour divers renseignements. En plusieurs endroits, des humains se vendaient à l’ennemi en espérant pouvoir récolter quelques miettes d’un sort meilleur, trahissant les leurs en désirant échapper à leur condition d’esclave. Chromus enjoignait souvent à ses seigneurs de se déplacer et de venir à lui plutôt que l’inverse, il était le chef et comptait bien agir à sa guise. De toutes les planètes, Colonia1 et surtout sa ville d’Eliosis, demeurait, dans une mesure toutefois très faible, la moins terrible pour les humains en quête d’une lueur aussi infime fusse-t-elle. Colombus était une planète habitée par peu d’Hommes au départ mais beaucoup d’esclaves y furent amenés pour servir les nombreux résidents shezariens. Cette planète restait pour certains d’entre eux, le véritable centre de leur race, l’endroit où tout commença, le lieu qui leur fournit l’indispensable myaléthite, celui qui connut Jisarius comme gouverneur et Zaccharias comme chef de sa flotte et ce indépendamment des efforts fournis pour que Castalia n’acquière ce statut. Dans la deuxième galaxie, chaque astre avait un rôle bien précis : Vulcano où les humains ne vivaient que pour répondre aux besoins des touristes shezariens ; Val Katarn, nettoyée des krakors aussi employés dans les mines de Colombus et qui constituait une position tout à fait stratégique ; Dzartan l’endroit dont on ne revenait toujours pas, si ce n’était pour participer aux épreuves terribles de l’arène ; Firzar qui fournissait toujours autant d’arxianes et qui comptait de grands espaces libres et  enfin toute une série de petites planètes véritablement secondaires. Dans la troisième galaxie, Castalia était devenue véritablement impressionnante, grâce à ses constructions majeures et à son air presque arrogant de puissance ; Baphos se présentait comme une planète très industrielle grâce à ses divers minerais qui fournissaient tout le royaume ; Mercatrend jouissait d’une certaine marge de manœuvre indissociable aux échanges commerciaux mais était extrêmement surveillée pour éviter qu’elle ne devienne la poudrière d’une éventuelle rebellion quant à Rustril, elle n’établissait qu’un point de repère vers le reste de l’univers.

   Le roi, pour exacerber la motivation et l’ardeur fournie dans les combats, édicta une nouvelle règle dans l’arène : tout combattant accumulant 1000 victoires serait automatiquement affranchi de manière pure et simple. Il s’agissait presque là d’un espoir sadique car c’était un nombre quasiment impossible à atteindre. Certains combattants étaient sollicités tous les jours, parfois même deux fois par jour, cependant même à ce rythme, il fallait à peu près dominer l’arène pendant deux ou trois années pour arriver à ce quota requis. Ce n’était pas tant la durée, dans l’absolu relativement courte, qui posait problème mais bien le nombre des combats et le danger transpirant de ceux-ci, la pression était toujours plus forte, il émergeait toujours de nouvelles recrues désirant gravir les échelons vers cette liberté si lointaine. Beaucoup de choses changeaient pour les survivants de l’arène ; le major Bel par exemple avait remporté plusieurs combats, avait été promue dans la division Delta, s’était coupé les cheveux très courts, s’était fait taillé une tenue spéciale de combat et s’était fait tatoué des marques de guerre sur le visage, le tout témoignant d’un profond changement. Son rétablissement avait été difficile après son fameux combat, son bras mis du temps à se remettre et on la traita assez durement même si on la soigna efficacement. Elle comprit certainement beaucoup de choses dans cette situation et probablement, parmi elles, l’appel fracassant de la survie, elle respectait l’existence des autres et détestait y mettre un terme mais elle détecta dans la difficulté la plus profonde, l’importance qu’avait la sienne.

Elle était faite pour le combat et même si depuis toutes ces années elle l’avait refoulé, au fond de son âme, il semblait bien qu’elle aimait cette sensation. Elle évolua quasiment d’une conception qui visait le respect de toute vie à un sentiment qui signifiait que tous ceux qui désiraient attenter à la sienne devaient connaître le châtiment qui leur était dû.

Le roi suivait toujours très attentivement ses combats, comme s’il avait véritablement réussi à réveiller ce sentiment en elle et qu’il aspirait à analyser son évolution.

Dans la catégorie Alpha, la plus haute de toutes, un combattant demeurait toujours invaincu et pour certains il commençait à devenir un véritable héros, alors que pour les shezars parieurs il était devenu une valeur sûre. C’était un personnage extrêmement solitaire, qui possédait de longs cheveux très noirs et très lisses, attachés à l’arrière en une queue impressionnante qui retombait jusqu’au milieu de son dos. Son visage avait probablement été beau car ses traits étaient fins mais il apparaissait tellement fermé qu’il fallait une bonne dose d’imagination pour en arriver à cette conclusion. Il avait été emprisonné sur Dzartan visiblement après avoir tué plusieurs shezars qui lui préparaient un sort funeste, cependant il s’agissait de la race dominante et il était très difficile de justifier la mort des leurs même par un état de défense légitime. Son passé était inconnu mais ses yeux transportaient de lourds secrets qui creusaient, sans aucun conteste, de profonds sillons dans les jardins de son âme. Pour améliorer la qualité et l’intérêt des combats toujours, il avait été permis à certains combattants et surtout dans les catégories supérieures d’ailleurs, de choisir leur propre équipement et disposaient pour ce faire de moyens relativement larges. Monter de catégorie devenait donc aussi pour cette raison un certain avantage même si la difficulté des combats augmentait parallèlement. L’autre effet fut de conforter la position de certains combattants en faisant d’eux de véritables figures à battre, ils étaient en quelque sorte les champions et maints challengers s’obstinaient à les confronter. Ce mystérieux combattant invaincu fut surnommé « éclat de lune » et ce principalement en raison de la lame qu’il utilisait et de sa technique toute particulière. Il la portait sur le côté, de manière oblique, c’était une lame fine, presque droite avec un manche rectangulaire et une garde ronde, elle possédait effectivement un éclat fantastique, il ne faisait aucun doute que cette arme fut unique et cela ne manqua pas de fasciner les sceaux du royaume supposés maîtres de l’épée. Elle s’imbriquait dans un long fourreau et sa technique consistait d’ailleurs à garder la lame dans celui-ci le plus longtemps possible, jusqu’au tout dernier moment pour enfin la sortir en un éclair, trancher son ennemi et la rentrer aussitôt sans qu’il fut tout à fait possible de remarquer le mouvement exécuté. Sa technique était excessivement rapide, nette, sans déchets, tout était concentré dans un mouvement unique et définitif et même s’il s’agissait d’une technique tout à fait différente, ce n’était pas sans rappeler le style très racé du défunt souverain Sirius. Dans certaines situations, il était presque obligé d’utiliser une arme de rayons mais cela servait surtout à maintenir une pression lui permettant de se rapprocher car le coup fatal était toujours déclenché par son éclat de lune. Certains combattants s’équipaient de très dangereux artifices comme des lames qui pouvaient sortir au besoin, d’une pièce métallique équipée sur l’avant-bras, ou bien de disques tranchants projetés par le même genre de structure à une vitesse dévastatrice, d’armures à piques, de différents types d’armes à rayons, à énergie et notamment les javelots, généralisés dans l’arène. Egalement des armes à feu que les humains affectionnaient encore particulièrement, armes blanches, rien n’était laissé de côté dans ce grand champ de mort, tous avaient leur préférence et même si grimper de division signifiait un plus grand danger, la possibilité de se donner de meilleurs moyens en choisissant ses armes n’était pas à négliger. Petit à petit, les membres de la division Alpha devenaient des idoles, des symboles, des stars et ils ne combattirent plus les uns contre les autres mais contre tous ceux qui désiraient entrer dans cette catégorie privilégiée. Le chemin le plus rapide bien que très dangereux et difficile pour arriver là était de participer et de gagner des combats spéciaux, ceux que l’on pouvait faire dans la catégorie supérieure et qui permettaient d’y rester en cas de victoire. « Eclat de lune » accumulait les victoires et pour lui l’affranchissement ne semblait pas être qu’un rêve fou même s’il en était encore loin et pour autant bien sûr que cela fut son but car quand il était dans l’arène, il semblait vivre vraiment, oublier tout le reste, tout son chagrin, son lourd passé, les gens perdus, les gens aimés, tout ce qui lui donnait ce regard éteint comme si sa vie s’était arrêtée un jour donné. Dans chaque catégorie des combattants commençaient à faire parler d’eux. La configuration de l’arène changeait souvent par un processus très perfectionné qui permettait de changer rapidement l’agencement de celle-ci. Des sortes de scénarios étaient ainsi mis sur pied, le décor servant à dissimuler les combattants au yeux des autres pour plus de surprise, plus d’agrément pour les spectateurs mais aussi plus de chances de s’en sortir pour ceux qui y étaient habitués. Des équipes étaient aussi souvent formées, le principe était alors un affrontement à mort entre deux ou plusieurs formations en vue de l’anéantissement des autres ou de la prise d’un territoire donné. Les shezars semblaient particulièrement demandeurs de ce genre d’épreuves et leur succès croissant les multipliait, l’avantage était que les survivants de l’équipe gagnante se voyaient accorder un certain sursis. En fonction de ceux qui composaient ces formations, les paris fusaient selon les probabilités supposées.

Le nom d « éclat de lune », faisait soulever les foules et trembler ceux qui devaient l’affronter d’une manière ou d’une autre, demeurer invaincu dans ce contexte était, même pour les Shezars les plus fervents, source d’un certain intérêt.

Tirant les conséquences de attrait grandissant, des élèves de l’école militaire mandèrent l’autorisation de participer volontairement aux affrontements de l’arène, dans des épreuves spéciales, comme invités en quelque sorte. L’entraînement qu’ils recevaient à l’école était excessivement dur et il avait parfois comme fâcheuse dissidente de causer la mort mais là n’était bien sûr pas le but recherché, cependant dans l’arène, ils voyaient une occasion de tester leurs compétences guerrières de façon beaucoup plus prononcée en attendant que de nouvelles conquêtes leur permettent de vraiment s’employer. C’est ainsi que progressivement des Shezars entrèrent dans l’arène, bien entendu il n’y avait aucune obligation pour eux et ne combattaient que quand ils le désiraient mais le danger de mort sur la piste était par contre bien le même que pour les humains, ces derniers combattant en général avec plus d’ardeur encore à la possibilité d’occire leur véritable ennemi. Ils commencèrent d’abord par quelques apparitions dans les catégories inférieures sous l’œil attentif du roi, extrêmement exigeant quant à leurs performances, toutefois, très vite, ils se lamentèrent de ne pas avoir assez de difficulté et affrontèrent des combattants plus anciens. Parmi ceux-ci, trônait Miranda Bel qui reçut comme surnom, tout simplement « le major ». Elle semblait de plus en plus s’investir dans les combats et apprécier cette notoriété naissante qui devenait la sienne. Plusieurs shezars tombèrent sous ses assauts, ce qui ne manquait pas d’amuser le roi, des élèves de sa prestigieuse école mourraient sous les coups d’une humaine, certes, mais il ne supportait pas la faiblesse ou la défaite, ainsi s’ils avaient péri, c’était nécessairement de leur faute. Mais on aurait dit que le but véritable des élèves qui participaient à ces combats, était d’abattre « éclat de lune », comme pour s’approprier sa légende, sa force, son mythe presque. Beaucoup connurent un bien triste sort dans cette entreprise et ce sous les yeux des leurs, l’arène était devenue presque un lieu de symbole pour les humains car il s’agissait du seul endroit où ils pouvaient affronter leur ennemi et parfois, triompher. A peu près trois années après le début de cette fameuse règle, « éclat de lune » comptabilisait 995 victoires, c’est alors qu’il eut à affronter le plus grand espoir de l’école militaire, après que celui –ci ait décimé toute son équipe, dont certains combattants très expérimentés de la division Alpha qui avaient combattu avec lui depuis un certain temps déjà. Les autres Shezars qui accompagnaient ce combattant étaient morts aussi et ce qui commença comme un affrontement d’équipe était maintenant réduit à un duel entre les deux principaux protagonistes. Le combattant shezarien semblait fort jeune, il projetait fièrement un regard qui hurle « je ne crains rien » et fixait les yeux totalement impassibles de son adversaire. L’on pouvait déceler sous son armure légère, ses muscles saillants, témoins de la persévérance de son entraînement et de sa détermination, Il avait des cheveux bruns portés à mi-longueur, proprement séparés par une raie au milieu, son nez massif lui donnait un air viril et puissant, une barbe amincie dessinait sur le côté de ses joues e autour de sa bouche, un filet plus foncé qui semblait augmenter son âge. Il était assez grand, saisissait par ses grands yeux d’un vert profond et ses oreilles qui s’apparentaient à une forme pointue aux extrémités. Son arme était une magnifique épée car en réalité, il était sur le point de prêter le serment des sceaux du royaume et peut être que ce combat était pour lui une sorte d’épreuve d’ailleurs. Il connaissait très bien le style de son adversaire pour l’avoir observé maintes et maintes fois, c’était un humain mais il respectait grandement son habileté et sa maîtrise de la lame. « Eclat de lune » quant à lui, ne connaissait pas le style de son adversaire, si ce n’est qu’il le savait redoutable pour s’être défait si vite de ses coéquipiers. Le combat commença donc, un tour d’observation, des regards croisés, alors que toute la population semblait s’être mobilisée pour suivre ce duel. Leurs styles étaient probablement très différents mais ils tenaient tous les deux leur épée à deux mains, celle du Shezar, beaucoup plus grande étant néanmoins tenue selon le principe de la garde haute, au dessus des épaules, frappant de haut en bas, alors que l’humain la tirait de son fourreau dans un mouvement ascendant. Le premier assaut fut lancé par « l’invité », il s’agissait plus d’un mouvement de test qu’autre chose, il était d’une rapidité exemplaire cependant et « éclat de lune » dut esquiver en déplaçant tout le poids sur sa jambe arrière, tout en parant avec la partie extérieure de son fourreau, décidant de ne pas découvrir sa lame. Dans le mouvement de retour, il déploya un coup de pied retourné dans le ventre du jeune shezar qui l’encaissa en esquissant un sourire intéressé. Ce dernier utilisa une impulsion fournie par le recul pour rebondir et décrire un double moulinet avec sa grande épée qui passa juste à côté de la tête de son ennemi en lui découpant une mèche de ses longs cheveux. La contre attaque ne se fit guère attendre car « éclat de lune » courut très rapidement vers son ennemi, il esquiva deux coups dans sa course pour arriver à sa distance fétiche, c'est-à-dire très rapproché, à l’exacte distance de sa lame, la sortit en un éclair… et pour la toute première fois, ce mouvement ne fut pas définitif, son adversaire connaissait sa technique, il savait quel était son mouvement, il avait probablement été le seul à pouvoir le décrypter tant il était furtif pour tout autre observateur. Le mouvement avait été bloqué par le dos de son épée, à l’endroit exact où son cœur eut été tranché, lui aussi exécuta un coup de pied puissant et tout droit, visant à repousser l’humain encore étonné par le caractère non définitif de son mouvement. Son regard d’ordinaire toujours impassible changea alors et l’on vit apparaître probablement pour la première fois un sourire au coin de ses lèvres, première fois aussi qu’il sortit sa lame de son fourreau pour combattre avec celle-ci au dehors. L’affrontement semblait plaire au deux principaux intéressés, alors que le Shezar s’ennuyait à l’école en ne trouvant guère d’opposant à sa taille, l’humain méditait sur l’ironie d’avoir rencontré un être à la hauteur de sa technique en ce lieu. La suite fut beaucoup plus violente, le deux attaquaient alors avec force et vigueur, à tel point qu’ « éclat de lune » ne semblait pas utiliser la même technique et pourtant c’était bien le cas. Tout observateur commun était totalement dépassé par ce qui se produisait et seuls les plus expérimentés, qui comptaient parmi eux le roi, se délectèrent véritablement du spectacle. Le premier à être touché au bras fut « éclat de lune », il combattait avec une tenue très légère qui n’était même pas une armure, le moindre contact risquait de le blesser mais il avait toujours combattu comme cela et ne comptait sûrement pas  en changer. Le mouvement avait été très rapide et le réflexe exceptionnel car sans lui il aurait subit bien plus qu’une petite égratignure. En réponse à ce mouvement, il glissa très bas, presque à plat sur le sol, plié au maximum sur ses jambes, pour ensuite remonter dans un mouvement vertical en entaillant l’épaule du shezar qui lui aussi sortit un réflexe lui permettant d’éviter que l’attaque n’atteigne sa tête. Suite à cette blessure, il créa une feinte, comme s’il était en difficulté, « éclat de lune » qui pourtant ne procédait que par contre-attaque ou par assaut immédiat, embla tomber dans le piège, il avait une confiance énorme en sa vitesse et son expérience. L’ouverture apparente laissée par le jeune shezar se referma alors comme une bouche gourmande, il abattit un mouvement vertical très puissant qui fracassa le sol, « éclat de lune pensa alors en terminer car le haut du corps de son ennemi n’était plus protégé mais il commit l’erreur que celui-ci désirait provoquer, dans un mouvement très brusque mais d’une rapidité encore restée cachée jusque là, il tira son épée vers le haut, devançant le mouvement pourtant véloce de l’humain en lui sectionnant le milieu du corps de bas ne haut. « Eclat de lune » resta debout encore quelque instants, le regard incrédule qui se vidait peu à peu en même temps que son sang qui coulait en gorgeant le tissu bleu foncé de sa tenue, dans un dernier mouvement de lucidité et avec une force provenant d’o ne sait où, il asséna encore un coup en direction de la gorge du shezar, celui-ci ne s’y attendant pas, recula au dernier moment mais fut tout de même touché, le liquide pourpre s’échappant de son cou entre ses doigts. Les médecins shezariens furent très vite dépêchés sur place et réussirent à cicatriser la plaie au laser instantané, il avait par contre perdu beaucoup de sang et garda toujours une profonde cicatrice à cet endroit ainsi que quelques séquelles dans sa voix modifiée depuis ce jour. A deux doigts de devenir, une véritable légende en gagnant son affranchissement dans l’arène, « éclat de lune » avait subit le sort qu’il accorda lui-même si souvent, sur son corps froid, gisant au milieu de l’aire principale, on pouvait distinguer une trace humide glissant comme un souvenir le long de sa joue.

 

A suivre...                       

                                                     

               

16:37 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

Commentaires

Les combats de l'arène Tu rappelles les différentes planètes et leurs rôles respectifs, c'est très bien car j'en avais déjà oublié une (Baphos).
Chromus ne ressemble en rien à Sirius. Tout ce qui semble l'intéresser, c'est ce qui se passe dans l'arène.
Le major Bel semble s'endurcir (changement de look, etc) et cependant, je suis persuadée qu'elle a quelque chose en tête pour contrecarrer les plans des Shezars.
"Eclat de lune", arriver si près du but et se faire tuer par un Shezar, mais voulait-il vraiment être affranchi? Ne vivait-il pas que pour se battre? La description du combat est impressionnante, comme à ton habitude.
La question que je me pose depuis plusieurs "épisodes" n'a pas encore trouvé de réponse. Tu entretiens le suspense et j'aime ça. J'ai hâte de lire la suite.
Bonne soirée Urban Poet

Écrit par : Kardream | 08/03/2006

contente de pouvoir poursuivre ma lecture...........cela me manquait

Bisous doux et à bientôt

Écrit par : eyes | 09/03/2006

Eclat de Lune Impressionnée... impressionnant...

Après avoir enrichi de détails supplémentaires et les lieux, et les conditions de combats, et les nouvelles règles en application, tu nous mènes dans le moment phare qui est bien sûr le combat qui oppose Eclat de Lune et ce guerrier Shezar... Tu n'omets aucun détail... et je dois dire que je ne savais pas en début de combat, lequel serait victorieux...
Il est vrai qu'Eclat de Lune est mystérieux, que son passé n'appartient qu'à lui et que vivre à tout prix et obtenir l'affranchissement ne semble pas être son objectif principal... J'ai l'impression, que c'est dans le combat, qu'il trouve le sentiment d'exister... dans l'action du combat pour lui même, pas forcément pour sa finalité...
L'instant fort... la trace humide le long de sa joue... enfin, après tant d'années où chacun de ses sentiments et de ses émotions avaient été gardés emprisonnés, enfin cette larme qui s'échappe de son corps et de son coeur comme pour symboliser la libération qu'il vient d'obtenir par la lame du Shezar...
D'où viendra le salut des Hommes pourtant?
La réponse est entre tes mains, et la patience doit encore nous accompagner pour un certain temps... Bonne après-midi à toi, Poète des Galaxies

Écrit par : crysalidea | 10/03/2006

Bonjour Banur Je n'oublie jamais de venir saluer mes amis.
Bon we et amicalement

Écrit par : DUKE | 10/03/2006

Juste un instant pour venir te saluer et je vois que je vais encore avoir bcp de lecture ici dès que le temps me le permettra! A bientôt

Écrit par : Syolann | 10/03/2006

et bien moi qui étais venue avec une tasse de café, dans le fauteuil bien calée pour poursuivre la lecture de leur destinée............c'est raté.....

Bisous doux et à bientôt

Écrit par : eyes | 10/03/2006

bonjour une invitation pour la rencontre du 26 aout 2006... voir le site...

Écrit par : francois | 12/03/2006

ce n'est pas que je m'ennuie mais à quand la suite des aventures???????

Bisous doux et à bientôt

Écrit par : eyes | 24/03/2006

Bon, je repasse toujours en vitesse mais bon, rien de neuf par ici? Mon retard de lecture ne s'aggrandit pas, c'est le seul point positif car où es-tu depuis le début de ce mois?? ;-) A bientôt

Écrit par : Syolann | 27/03/2006

j'espère sincèrement que tu vas bien car même si tu ne postes pas je ne vois aucun commentaire de ta part chez les autres et cela m'inquiète

Bisous doux et à bientôt

Écrit par : eyes | 28/03/2006

Océan Il n'y avait donc personne aux côtés d'Eclat de Lune qui aurait, de son index, recueilli cette larme et l'aurait déposée sur sa propre joue... comme un baiser de lune...
Dans le tumulte qui est le mien, je viens te dire, combien tes mots sont une brise apaisante, vivante... comme un frisson d'océan...
à bientôt Poète des Galaxies... que la nuit te soit douce...

Écrit par : crysalidea | 12/04/2006

-- Bonsoir banur,
Je te souhaite de joyeuses Paques.
Je viens de réaliser une nouvelle page au Culte de la Nature qui est l'annuaire des visiteurs ayant laissés un lien.
Tu peux le voir à cette adresse
http://culte-de-la-nature2.skynetblogs.be/
Si tu souhaites changer quelque chose à tes renseignements, merci de me le dire.
Amitiés

Écrit par : Geronimo | 15/04/2006

bonjour je suis passé prendre de tes nouvelles ...
merveilleuse journée a toi

Écrit par : coeurdenfant | 23/04/2006

J'espère... que tout va bien!Je suis très absente du net en ce moment, mais toi, bien plus que moi. Un tel silence est toujours interpellant, je souhaite néanmoins que tu te portes bien! Bisous

Écrit par : Syolann | 23/04/2006

Toc Toc Ououououhhhh ..... Il y a quelqu'un ?

Écrit par : Abigael | 04/05/2006

Les commentaires sont fermés.