22/06/2006

Déesse de ma lune

Façonnée dans un puits de lune, bain sacré, où la lumière de l’astre blanc se change en eau de vie, temple naturel où naissent et se baignent les déesses rêvées, qui éclairent parfois le cœur d’un homme. Telle la lueur d’un phare sur la pointe salée de l’océan. J’ai longtemps scruté, caressé de mes yeux couleur de foi, cet idéal que je voulais réel, subtilement drapé dans les pans épais de la nuit. J’ai longtemps attendu cet instant où tout bascule, où l’on passe de l’ombre à la lumière, comme quand le soleil dépose sur le front de la terre, la couronne de l’aurore. Puis, un jour où ne tombait pas la pluie, elle naquit à mes yeux dans sa robe diaphane, ce tissu transparent au travers duquel elle voulait que je touche son âme. A ses cheveux perlaient quelques gouttes du puits sacré mais j’étais le seul apte à les voir, elle m’en recouvrit délicatement du bout de ses doigts en frôlant d’un mauve nuit l’écorce de ma poitrine. Ensuite, de ses lèvres violines, elle déposa un croissant sur mon cœur qui, en ce lieu, s’accapara chaque quartier. Je sentis sa douceur m’irradier, mon destin se modifier, mon attente s’achever, mon rêve se réaliser et dans mes veines, couler le fluide de l’ultime passion.

Elle prononça quelques mots dans une langue que j’étais le seul à pouvoir comprendre, car c’était son cœur qui me parlait et que j’étais le seul à l’entendre. Dès cet instant j’ai su que l’obscurité n’aurait plus jamais d’emprise car cette reine de pureté serait ma promise.

Toi qui sortit de ton puits pour illuminer ma vie, je voudrais te dire…

 que je t’aime au-delà des nuages, je t’aime plus que tous les grains de sable de toutes les plages, je t’aime comme le vagabond aime la liberté car c’est ce que tu parviens à me donner, je t’aime comme un fanatique aime ses reliques, car déesse de ma lune, née des eaux magiques, tu es un don sacré, je t’aime de l’aube au crépuscule, je t’aime des derniers flocons aux premières libellules, je t’aime comme ton astre aime les marées… je t’aime comme un mortel à qui tu offres l’éternité.     

 

 

20:18 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Tu as l'art de décrire les choses d'une façon tellement précise et en peu de mots que je n'ai aucun mal à m'imaginer ce puits, la lune, le scrutement de l'horizon, les yeux couleur de foi (j'adore ce passage, la foi étant ce sur quoi tout le reste repose, ce sans quoi rien de ce qui suit ne peut se produire), la naissance de la déesse de la lune au moment où la pluie a cessé, la pluie étant l'essence-même de la déesse puisqu'à ses cheveux perlent quelques gouttes du puits sacré et je pourrais tout reprendre tellement je trouve que chaque mot est choisi avec soin et que chacun revêt le même élan éminemment romantique. Le seul à voir, le seul à entendre, le seul à comprendre, le rêve devenant réalité, la vie devenant le rêve, l'éphémère devenant l'infini.
D'où te vient cette capacité de si bien retranscrire ce qui se ressent alors que les mots semblent échouer à décrire ce qui se passe lors de tels moments?
Je m'incline devant tant de talent. Tu as toute mon admiration.
Bonne soirée Urban Poet

Écrit par : Kardream | 22/06/2006

couronne de l'aurore Tu as trempé ta plume dans les pigments de nacre, qui n’existent que pour ceux capables par leurs mots d’en polir la surface et de faire ressortir tout l’éclat de lumière…

Tu as trempé tes yeux dans le lac de son âme, en a traversé tous les écrans de brume… A toi seul est apparu l’ourlet de son sourire, quand, au travers des courants troubles, elle a saisi la main que tu tendais…

Alors, par delà l’écume des fleurs de lune, elle a posé un pied sur le rivage de ton cœur, et ne l’a plus quitté…

Boticceli a peint la naissance de la déesse de l’amour dans une pluie de roses…

Toi, tu fais naître une déesse dans l’ondée des … « je t’aime »

Écrit par : crysalidea | 24/06/2006

"Attendre longtemps cet instant où tout bascule..." Quoi de plus beau que ce désir...de plaisir? Très très joli texte. A bientôt

Écrit par : Syolann | 26/06/2006

texte du 07/12/05 Bonjour,
J'ai lu avec attention ce texte que tu m'avais conseillé. très bien écrit par ailleurs, je l'ai trouvé d'une grande vérité, de celles qui dépassent les mots pour le dire, qui ne peuvent être dites uniquement déclamées.
J'applaudis et m'incline devant une belle inspiration.

Écrit par : Alexandre | 27/06/2006

tout est dit...
il me reste à déposer ici mon admiration devant ta plume ...
A tout bientôt...

Écrit par : pierre de lune | 02/07/2006

Hello Je te retrouve au meilleur de ta forme !... Je n'ai pas encore rattrapé mon retard, mais ce que je vois me motive !... Laisse-toi écrire, je te le répète, lâche ta plume ...
A +

Écrit par : Abi | 12/07/2006

Les commentaires sont fermés.