26/07/2006

Instant parfait

Instant parfait, flottant en bulles azotées, sur la ligne astrale de mon destin,

Alors que, fixant l’azur capricieux, tu y placardas l’édit de mon extase,

Mes yeux perdus dans la cape de l’horizon, esquisse blanc cygne pour dessin,

Créa sur la toile embuée du lac de mes yeux des perles de sel qui s’extravasent.

 

Coulez, sur ma chair vacillante, peines étouffées, secrets enchaînés,

Libérez vous enfin du joug intransigeant de la solitude conquérante,

Laissez l’hégémonie de l’écume de joie vous noyer dans l’oubli nacré,

Abandonnez vous insatiablement à la caresse vinée de cette noble Bacchante.

 

Quel est ce pouvoir pour que tu réussisses à faire poindre la rosée sur mes joues,

Extradant ce poids des contrées sombres de mon âme, par le don de ton sourire,

Assis sur le banc du rêve,  flottant intemporellement, nuages aux genoux,

Nos jambes les déchirant en un hublot vers la Terre, telle une chance à saisir.

 

De ce siège éthéré où la matérialité n’est qu’une péripétie de mon esprit dédoublé,

Je laisse couler mes larmes sur mon corps immobile telle une pluie de feu,

Une ondée ardente qui lave en un rougeoiement ciselé, tous les affres du passé,

Un touché de braise, incrustant l’héraldique de mon éveil dans mes veines bleues.

 

Ouvre toutes les portes de ma conscience, tel un palais d’été captant la brise,

Révèle moi mon nom caché, celui que seul l’être élu puisse décrypter,

Déroule les tapisseries brodées du fil de notre avenir comme une frise

Et décalque les ensuite sur ta peau pour qu’elles deviennent runes de vérité.

 

A jamais sera gravée en moi, la mémoire de ce parc à l’air d’Eden suspendu,

Entre présent et passé,  rêve et réalité, néant et infini, humain et divin.

Tu as fait débordé l’aqueduc de ma félicité en une preuve de confiance absolue,

Instant parfait, flottant en bulles azotées sur la ligne astrale de mon destin.

17:55 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

La perfection Voilà bien une notion tout à fait subjective, propre à chacun. La perfection absolue n'existe pas et je pense que ce n'est pas plus mal.
J'aime la façon dont ce texte est construit, commençant et finissant par la même phrase, les autres permettant de mieux saisir le sens profond de celle-ci. Les perles de sel, l'hégémonie, l'Eden, j'en ai moi-même parlé dans respectivement "Murmures", "Ô solitude" et "Dans le désert", les retrouver dans un même texte ne me surprend pas. Je me répète sûrement, mais tu es un orfèvre des mots.
A bientôt Urban Poet

Écrit par : Kardream | 26/07/2006

Super idée que de choisir une phrase identique pour le début et la fin de ton texte. Toujours très plaisant de lire tes mots "choisis" ;-). A bientôt

Écrit par : Syolann | 26/07/2006

Bel effet de boucle Ta poésie en filigranes ... je ne m'en lasse pas.
J'aime bien aussi ta musicalité qui se dégage par moment. Parfois, le sens des mots importe peu, pourvu qu'ils sonnent bien ensemble.
A bientôt.

Écrit par : Abigael | 27/07/2006

bonjour merveilleuse journée a toi...
http://coeurdenfant.skynetblogs.be

Écrit par : COEURDENFANT | 28/07/2006

unique et précieux Tes larmes,
Coulée de ton âme sur le mur silencieux de tes joues,
ont jailli de la source invisible de déchirures sourdes...
Leur rivière de feu a irrigé les vallées et les monts de mon coeur
en flammes caressantes...
Elles y ont consummé tes peines étouffées dans l'incendie de l'oubli...


Dans ce jardin suspendu entre ciel et terre, j'ai gravé le souvenir de cet instant parfait sur la canopée du souvenir...

merci, doux poète, d'avoir immortalisé cet instant magique...

Écrit par : crysalidea | 03/08/2006

je voulais dire "j'ai gravé l'image"...

Je ne t'avais pas encore dit , à quel point la musique de tes mots est un enchantement...

Écrit par : crysalidea | 03/08/2006

Les commentaires sont fermés.