14/09/2007

Le crépuscule de Jade

Je suis là, les yeux grands ouverts sur cette couche vide

viennent pourtant s'endormir les étoiles. A l'approche de l'heure blanche, celle où toute vie cesse, où toute penséese tait, mon regard se porte vers le manteau de cristal en laissant mon esprit s'envoler vers toi. Je sais déjà que je ne verrai pas les perles de l'aube s'amonceler en collier sur ta peau, alors que dans l'air  amputé de ta présence mes sens saisissent toujours ton parfum. Mon âme a soif de toi et m'empêche de dormir car, encore imbibée de la fraîcheur récoltée au puits de tes lèvres, elle parcourt la route pavée de nos rêves. Les sabots des dragons y résonnent sournoisement avant que ne soient crachées les flammes de la distance. Je brandis mon coeur  comme une cape pare-feu mais mon dos me brûle de te  voir partir au faîte de la nuit. Mon plafond se transforme en ciel et j' y fore deux trous en quête d'infini. Je laisse ma passion te chercher dans les décombres du firmament, là où toutes les réponses se trouvent, gravées comme des runes sur les colonnades du temps. Je t'invoque afin que l'outre de ton sourire remplisse ma coupe avant celle de  l'absence, puis, je sculpte la pierre de ton nom en une statue de marbre de "cas rare" et la rive à mon lit pour qu'elle combatte les démons. Je te sens presque trembler d'ici noble Dame qui ce soir protège l'enfant et puisque le  sommeil ne viendra plus à moi, je veillerai la veilleuse de mon plafond perforé. Sens-tu l'avatar éthéré que je t'envoie et qui pose sa tête sur ton épaule?entends-tu son message murmuré dans la langue de l'espoir?Tant de choses nous tiennent éloignés mais je sais que sur la route pavée de nos rêves, nous ne cessons d'avancer,

main dans la main, les yeux fixés vers le

crépuscule de jade. 

 

04:57 Écrit par Banur | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Le sceau de l'éloignement Cet éloignement n'est qu'un grain de sable par rapport à la plage d'éternité qui vous attend. Je comprends qu'il puisse te faire mal parce que, bien que sachant qu'il est insignifiant par rapport au bonheur qui sera le vôtre (et qui l'est déjà en partie puisque vous vous êtes retrouvés), tu vis au présent et que tu le veuilles ou pas, c'est ce présent qui compte le plus et comme il est marqué du sceau de l'éloignement, tu en souffres.
Il est évident que je te souhaite que le sceau se brise et que tu goûtes pleinement à ce bonheur.
Le marbre de "cas rare", voilà une subtilité que j'apprécie tout particulièrement. Tu manies les mots avec toujours autant de ferveur, dans ce style unique dont tu as le secret. J'aime que tu termines sur une note d'espoir.
A bientôt, au carrefour des routes étoilées

Écrit par : Kardream | 14/09/2007

l'absence de l'être aimé alors que l'on voudrait vivre à ses côtés, la séparation au faîte de la nuit alors que l'on voudrait avec lui finir cette nuit
Devoir le laisser partir et ne pas montrer combien on peut souffrir
Penser que demain............ peut être
Moi aussi j'ai attendu, pleurer cette absence, ressentir comme une déchirure chaque départ pour en être toujours à attendre, sachant au fond de moi que cette attente sera éternelle et pourtant continuer à l'aimer envers et contre tous, peut être avec la naîveté de croire quelque part encore un peu que demain...............peut être
A toi, qui un jour m'as donné quelques mots de réconfort, je ne peux que dire, crois en vous et donnez vous cette chance de pouvoir un jour vous aimer dans la lumière
C'est ce que je te souhaite
Amicalement
Bisous et à bientôt

Écrit par : eyes_ | 25/09/2007

bonjour un petit mot en passant
et merveilleuse journée a toi...
COEURDENFANT

http://coeurdenfant.skynetblogs.be

Écrit par : COEURDENFANT | 25/11/2008

Les commentaires sont fermés.